Taper « Entrer » pour chercher, ou ESC pour fermer

Que faire et voir en Russie : 10 sites et activités incontournables

Que faire et voir en Russie : 10 sites et activités incontournables

que faire en Russie

Que faire en Russie ?
Voici 11 incontournables

Envie de découvrir la Russie ?

Voir tous nos séjours …

1 – Moscou

Moscou est la capitale de la Russie et compte douze millions d’habitants (en 2017) sur une superficie de 2 510 km2 ce qui en fait la ville la plus peuplée à la fois du pays et d’Europe.

Moscou dispose d’un important patrimoine artistique et architectural dont trois ensembles inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Ce sont notamment le Kremlin avec ses palais et églises, la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge, la Galerie Tretiakov, le couvent de Novodievitchi, l’église de Kolomenskoïe ainsi que les sept gratte-ciels staliniens.

Moscou est situé au milieu de la plaine d’Europe orientale une immense région couvrant la majeure partie de l’est de l’Europe caractérisée par des reliefs peu accentués et parcourue par de nombreux fleuves.

2 – Saint Pétersbourg

Saint Pétersbourg est une ville reconnue comme l’une des plus grands centres de l’économie, de la culture et de la science de la Russie, de l’Europe et du monde. Elle est la deuxième plus grande ville de Russie par sa population, avec 5 281 579 habitants en 2017, après la capitale Moscou.

Saint-Pétersbourg est située dans le nord-ouest du pays sur le delta de la Neva, au fond du golfe de Finlande dans la mer Baltique. Capitale de l’Empire russe de 1712 jusqu’en mars 1917. Depuis cette époque, la ville a conservé un ensemble architectural unique et recèle des trésors artistiques et culturels inestimables. La ville de Saint Pierre a été fondée par l’empereur Pierre le Grand en 1703 et était compris comme « une fenêtre sur l’Europe ». De nos jours cette ville représente un mélange extraordinaire des cultures russes et européennes.

Saint Pétersbourg est connue sous d’autres noms : La capital du Nord, la Venice du Nord, la Palmyre du Nord, Ville Petrov, la ville des nuits blanches, la Ville sur Neva, et le plus ancien, Piter, tous ces titres sont liés à Pétersbourg.

voyager en russie

3 – Château de Peterhof (environs de Saint-Pétersbourg)

Après un voyage en France, Pierre le Grand ordonna de faire élever un palais grandiose qui dépasserait en beauté le château de Versailles. Si Versailles célèbre Apollon, Peterhof se veut une évocation de Neptune. Situé à mi-chemin entre Pétersbourg et Kronstadt, le château fut choisi comme site de résidence par Pierre le Grand. Ce fut également la résidence des Tsars jusqu’en 1917. Il est connu comme le « Versailles russe » et fait partie du Patrimoine de l’UNESCO.

Le château est aussi célèbre pour son beau parc à fontaines. Il se situe dans la ville du même nom, à environ 25 km de Saint-Pétersbourg au bord de la mer Baltique.

4 – Anneau d’Or

Il s’agit d’un espace situé au nord-est de Moscou entre la Volga et la Kliazma et délimité par d’anciennes cités princières. L’anneau d’or est une poche de terre noire particulièrement fertile appelée opolié ce qui veut dire champs. Elle a joué un rôle considérable dans le développement économique de la Russie. La richesse des terres explique pourquoi cette zone fut occupée dès le Moyen Âge par les Russes.

Ces cités comptent parmi les plus anciennes du pays. Plusieurs siècles durant, les princes russes y ont exposé leur fortune grandissante dans l’idée de concurrencer Kiev. Grâce aux cours d’eau qui le sillonnent et à la fertilité de ses terres, l’Anneau d’Or a généré de grandes richesses dont témoignent aujourd’hui encore les très nombreux monuments qui le parsèment. Cathédrales aux coupoles d’or, monastères aux bulbes étoilés et monuments baroques de l’Anneau d’Or, tous frappent par leur splendeur.

5 – Ekaterinbourg

Ekaterinbourg est la troisième ville russe en nombres d’habitants (1 444 439 en 2016) et le plus grand centre industriel de Russie. Située sur le versant oriental de l’Oural, sur la rivière Isset qui la traverse. Elle est la grande métropole de l’Oural. Construite comme Saint-Pétersbourg, au XVIIIe siècle, Ekaterinbourg a joué dès sa fondation, et tout comme la capitale du Nord, un rôle d’ouverture du territoire russe sur d’autres régions. Aussi dit-on que Saint-Pétersbourg est  » la fenêtre sur l’Europe  » et Ekaterinbourg  » le portail sur l’Asie « .

Elle se trouve à 1 417 km à l’est de Moscou. La différence avec l’heure de Moscou est de +2 heures.

Préparer son voyage en Russie

6 – Le monastère de Serguiev Possad

C’est une ville de l’oblast de Moscou, et centre administratif du raïon Serguievo-Possadski. Sa population s’élevait à 108 490 habitants en 2013. La ville est surtout connue pour son monastère orthodoxe (laure de la Trinité-Saint-Serge et Cathédrale de la Trinité). Le monastère est considéré comme le cœur de l’orthodoxie russe, car il a été fondé au XIVe siècle (en 1340) par saint Serge de Radonège, un moine iconographe saint patron de la Russie, qui y repose toujours. À seulement 70 km de Moscou. C’est également ici que Boris Godounov, l’aventurier devenu « Tsar de toutes les Russies », fut enterré et que Pierre le Grand vint se réfugier lors de la révolte des Streltsy (une tentative de coup d’État). 

Classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, Serguiev Possad est aujourd’hui le siège du patriarcat russe et un haut lieu de pèlerinage pour les fidèles qui viennent se recueillir sur le sarcophage du saint.    

7 – Île de Kiji

Kiji est une petite île du lac Onéga, longtemps considérée comme un lieu sacré, et depuis 1991, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Cette petite île de 7 km de long et 500 m de large est un exemple impressionnant de l’architecture russe en bois. Elle compte plusieurs églises et bâtiments du XVIIIe siècle, dont la fascinante Eglise de la Transfiguration, construite sans un clou, ornée de 22 coupoles et tambours couverts de tuiles de bois taillées en triangles dentelés. Elle est située à 670 kilomètres au nord de Moscou.

8 – Caucase

Le Caucase est une chaîne de montagnes située entre la mer Noire et la mer Caspienne qui s’étend sur 1 200 km de long. Son point culminant est le mont Elbrouz (5 642 m). Le Caucase est partagé entre le Caucase du Sud, aussi appelé Transcaucasie, englobant la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la région de Kars (Turquie), et le Caucase du Nord, appelé Ciscaucasie, situé en Russie (incluant les républiques de Karatchaïévo-Tcherkessie, de Kabardino-Balkarie, d’Ossétie du Nord, d’Ingouchie, de Tchétchénie et du Daghestan).

Les peuples qui vivent dans le Caucase parlent encore une bonne centaine de langues et dialectes différents appartenant surtout à la très ancienne famille linguistique des langues caucasiennes (60 à 70 langues), mais aussi aux familles indo-européennes, turco-mongole et sémitique.

Le Caucase est une des régions les plus composites du monde sur le plan ethnique. Des dizaines de peuples y cohabitent, les uns présents depuis des milliers d’années, d’autres depuis quelques siècles comme les Russes.

voyager en russie

9 – République komie

Situé à l’ouest de l’Oural, le territoire de la République komie ou République des Komis est à 70 % composé de forêts, et traversé par le cercle polaire arctique. La république des Komis couvre une superficie de 416 774 km2. Elle est un sujet de la Fédération de Russie.

Quelque 32 800 km2 de son territoire ont été reconnus comme Patrimoine mondial de l’UNESCO et font l’objet à ce titre d’une protection renforcée. Il s’agit des forêts vierges de Komi situées dans les montagnes de l’Oural septentrional. Elles constituent la plus vaste étendue forestière en Europe restée à l’état sauvage.  

10 – Sibérie

La Sibérie est la partie située en Asie de la Fédération de Russie : une immense région d’une surface de 13,1 millions de km2 très peu peuplée (39 millions d’habitants). Située dans l’est de la Russie, elle s’étend de l’Oural à l’ouest jusqu’à l’océan Pacifique et de l’océan Arctique au nord jusqu’aux monts Altaï au nord du Kazakhstan et aux frontières mongoles et chinoises.

Cette partie de la Russie, qui présente des reliefs très variés, trouve son unité dans la rigueur de son hiver. Conquise par les tsars au XVIIe siècle, elle ne fut mise en valeur qu’à la fin du XIXe siècle.

Le climat de la Sibérie est sujet à des variations de température de grande amplitude. Sur la côte nord, au-delà du cercle arctique, l’été est très court (environ un mois). La plus grande partie de la population vit au sud de la Sibérie le long de la ligne du Transsibérien. Dans cette région, la température moyenne est d’environ 0 °C oscillant entre −15 °C en moyenne au mois de janvier et +20 °C au mois de juillet

La Sibérie a une densité d’environ 3 personnes au kilomètre carré. La plupart des habitants sont des Russes ; ceux-ci descendent des Slaves qui vivaient en Europe de l’Est quatre siècles auparavant. Les populations autochtones sont formées de groupes mongols et turcs tels que les Bouriates, les Touvains, les Yakoutes et les Tatars de Sibérie. D’autres groupes ethniques comprennent les Kets, les Tchouktches, les Koryaks et les Youkaguires.

Environ 70 % de la population vit dans les villes en majorité dans des appartements. Dans les zones rurales, les habitants vivent dans des demeures simples mais souvent plus spacieuses.

Novossibirsk est la plus grande ville de Sibérie. Tobolsk, Tomsk, Irkoutsk et Omsk sont des villes plus anciennes dotées d’un centre-ville historique.

11 – Lac Baïkal (Sibérie)

Situé au sud-est de la Sibérie, le lac Baïkal, d’une superficie de 3,15 millions d’hectares, est le plus ancien (25 millions d’années) et le plus profond (1 700 m) lac du monde. Il contient 20 % des eaux douces non gelées de la planète. Son ancienneté et son isolement ont produit une des faunes d’eau douce les plus riches et originales de la planète, qui présente une valeur exceptionnelle pour la science de l’évolution, ce qui lui vaut le surnom de « Galápagos de la Russie ».

La transparence de ses eaux permet une visibilité parfaite jusqu’à 40 mètres de profondeur. Il est parfois surnommé la « Perle de Sibérie ». Pour ses premiers habitants, les Bouriates d’origine mongole1, le lac était une mer sacrée.

Orienté du SSO au NNE, il s’étend sur une longueur de 636 km avec une largeur variant de 24 km à 79 km et une superficie de 31 722 km², ce qui en fait le 6e lac au monde3. C’est également le lac le plus profond (jusqu’à 1 642 m de colonne d’eau2, reposant sur 7 000 mètres de sédiments). Son volume d’eau (23 600 km3)2 représente environ 260 fois celui du lac Léman, soit autant que la mer Baltique ou que les cinq grands lacs nord-américains (lac Supérieur, lac Michigan, lac Huron, lac Erié, lac Ontario) réunis3 et approximativement 20 % du volume mondial d’eau douce retenue dans les lacs et les rivières.

Le lac Baïkal est d’origine tectonique ; ce lac d’effondrement est en subsidence. Le socle ancien sur lequel le lac repose, en contact d’une part avec la plateforme sibérienne, d’autre part avec les monts de l’Asie centrale, présente un réseau de failles de direction générale NNE-SSO.

Donner son avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vote*